• PPS Iles Egadi (Egades)

  • Commentaires

    1
    Colomba
    Dimanche 26 Juillet 2015 à 18:29

    LES ÎLES  EGADES où les Iles EGATES, Les EGADIS, sont situées à l'est de la Sicile.

    Ce petit archipel est composé de trois îles principales, Favignano , Levanzo, Marettimo, et deux deux plus petites  Formica et Maraone.

    Ces îles sont un spectacle naturel d'une beauté incomparable, grâce à leurs plages préservées et une mer limpide.

    L'archipel des îles Egades, fait partie d'une réserve marine, portant le même nom.

    A FAVIGNA, nous vous conseillons de vous baigner à Cala Azzurra (crique azure) appelée ainsi pour la couleur de ses eaux. La grotte "perciata", grotte trouée du côté supérieur est aussi magnifique. La cavité permet à la lumière du soleil d'entrer en faisant resplendir les eaux de la mer.

    Favigna, c'est la villégiature favorite des familles huppées de Palerme et le zéphir y chante pour toujours "Nel blu di pinto di blu", yachts effilés, barques bleues, maisons pastel et piazzetas dallées, guirlandes de lampions et auvents rayés sur fond de mer, forcément turquoise et de sable laiteux.

    Des carrières abandonnées ont dévoré depuis des siècles les pierres tendres et dorées de cette île presque plate, que l'on découvre à vélo.

    Les routes zigzaguent au milieu d'une campagne dont le sol se dérobe parfois là où sont taillées dans la roche tendre du tuffeau, de gigantesques cavités.

    Au potagers et s'étagent..les parcs d'étonnantes villas d'où surgissent les plumets de palmiers.

    Sur les rivages, les excavations s'enfoncent dans la falaise, comme palais baroques , de Palerme, naquirent de ces blocs  chargés dans la  spectaculaire baie de Bue Marino.

    On peut parler de la pêche , barbare, au thon pris dans les filets "camora della morte", dans le vacarme des chants scandés par le "raîs", huit hommes plongent d'énormes harpons dans le flanc des poissons, qui avant d'être hissés sur le pont et achevés dans des éclaboussures de sang..!! terrible...

    C'était ainsi, mais difficile à observer!

    Le port fief de la famille Florio qui jusqu'en 1937, possédait tout l'archipel est encadré par deux édifices emblématiques  de la fortune de cette dynastie poissonnière.

    D'un côté leur palazzo néogothique et de l'autre ils reçurent la fleur de l'aristocratie européenne et de l'autre la Tonnara, aux immenses salles voutées où tous les thons finiront dans des boîtes de conserve rouge et or, estampillées à leur nom.

    Fermé en 1973, faute de matière première, la fabrique est devenue un centre culturel, vidéos, films d'archives et photos des stars, illustrent ces massacres d'un autre temps, tandis que les splendeurs du palais abandonné ternissent sous la poussière!..

     

     

     

    Une île de poche, sans voitures où ne pas avoir l'embarras du choix devient un plaisir..se promener, baignades, un point c'est tout.

    Plongeons, pique-nique, sieste à l'ombre de la pinède, ou promenade digestive en grimpant avec des chèvres au milieu des câpriers

    Le soir venu, poisson frais et fruits de mer, à toutes les tables du restaurant de l'hôtel et pour les noctambules, une grappa (eau de vie) servie sur le bar en formica jaune du café, du bout du quai, en trinquant avec des locaux, vite familiers.

    MARETTIMO: Le petit centre est habité avec des maisons de pêcheurs, est très caractéristique. Avec le bateau, il est possible d'atteindre de nombreuses grottes, parmi lesquelles celle du Cannello (chameau) et celle du Tuono (du tonnerre).

    Devant le cercle des amis de la marine de Scato Muovo, minuscule port de l'île, les gens tapent le carton..Un oeil sur les cartes, l'autre sur l'accostage de l'aliscafo..

    Une statue de bronze de deux dauphins, museau à museau, dansant est ornée d'une citation, qui dit tout sur leur île.."le vent se lève, il faut tenter de vivre".., car au moindre coup de siroco, l'isolement sur Marretimo, prend tout son sens, pour 150 familles, dont l'arrivée hasardeuse des bateaux rythme l'existence..

    Touristes excités, doctes scientifiques, viennent répertorier la flore jaspée des fonds sous-marins, sous haute protection des grottes, dont l'île est criblée.

    Des mulets promènent sur les sentiers escarpés bordés d'euphorbes, des amateurs de paysages panoramiques. Ils trottineront jusqu'au Semaforo d'où certains jureront apercevoir les côtes de l'Arabie, tandis que d'autres s'attarderont à l'ombre des ruines d'une basilique byzantine.

    Marretino, la plus éloignée des Egades est aux avant-postes de l'Orient.

    Visite terminée..Très belles îles,  au moins là, on est certain d'être au calme, devant une mer magnifique, sans voitures, et du bon poisson à déguster..

    Bonne soirée à tout le monde, et bisous.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :